Partenaires

Le projet d’adaptation des stations de la ligne 14 existante relève de la maîtrise d’ouvrage exercée conjointement par le STIF et la RATP.

Accès au site web du STIF

Le STIF imagine, organise et finance les transports publics pour tous les Franciliens. Il fédère tous les acteurs, décide et pilote les projets de développement et de modernisation de tous les transports d’Île-de-France.

Accès au site web de la RATP

La RATP, exploitant de la ligne 14, conçoit et réalise les travaux d’adaptation. Le STIF a souhaité confier, pour les étapes à venir de ce projet, l’ensemble des prérogatives de maîtrise d’ouvrage qui lui sont conférées par l’article L.1241-4 du code des transports, la RATP assumant l’ensemble des missions et des responsabilités du maître d’ouvrage.

Avec la participation de :

Accès au site web de la Mairie de Paris

Depuis 2001, la Ville de Paris s’est engagée dans une politique ambitieuse de limitation de la pollution liée aux transports routiers par le développement des transports collectifs et alternatifs à la possession d’un véhicule particulier. Elle soutient ainsi les projets de prolongements de métro et participe au financement de la mise en accessibilité du réseau de bus parisien et des projets de tramways au premier rang desquels figure le tramway T3b dont le prolongement de la porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières sera mis en service en 2017. Elle est le premier financeur, après la Région, du budget du STIF avec plus de 370 millions d’euros par an, et contribue ainsi à l’amélioration de la qualité des transports (aménagement des stations de métro, achats de nouveaux bus…) et à l’augmentation de l’offre sur les réseaux de transports en commun. En complément au réseau de bus, la Ville de Paris exploite des lignes de Traverses pour la desserte fine des quartiers. La dernière Traverse mise en service en octobre 2013 (Traverse Brancion Commerce) circule dans le 15e arrondissement et est exploitée avec des minibus électriques. Enfin, la Ville de Paris œuvre pour le développement des mobilités alternatives à l’usage individuel de la voiture en développant des services à la mobilité comme Autolib’, Vélib’ et en mettant en place des mesures et aménagements spécifiques favorisant l’usage du vélo (création d’aménagements cyclables, subvention pour l’achat de VAE…) ou l’autopartage (création de places dédiées, label…).

Accès au site web de la région Ile-de-France

La Région Île-de-France est le premier financeur du développement des transports en commun d’Île-de-France. Elle poursuit un double objectif : améliorer les conditions de déplacements de l’ensemble des Franciliens et développer les transports de banlieue à banlieue. Après avoir participé au prolongement à Olympiades de la ligne 14 du métro, elle est à nouveau partenaire de son extension vers la mairie de Saint-Ouen pour offrir toujours plus de mobilité sur son territoire. Première étape du Nouveau Grand Paris, le réseau de transport de demain, ce prolongement permettra également de désaturer la ligne 13 du métro et ainsi contribuer à l’amélioration du confort de déplacement de centaines de milliers d’usagers.

Accès au site web de la Société du Grand Paris

Créée en 2010, la Société du Grand Paris est l’établissement public de l’État chargé de la conception et de la réalisation du Grand Paris Express, projet de transport en commun stratégique pour le devenir de la métropole et de la Région Île-de-France. Il prévoit la création de 205 km de lignes de métro automatique et 72 gares pour relier les territoires de la région et faciliter la vie quotidienne des franciliens. Entre 2017 et 2030, ce sont 4 nouvelles lignes qui seront créées (les lignes 15, 16, 17 et 18) et 2 lignes existantes qui seront prolongées (la ligne 14 au Nord et au Sud ; la ligne 11 vers l’Est). Le Grand Paris est aussi un projet d’aménagement à l’échelle de la métropole. Il a vocation à améliorer le cadre de vie des habitants, à corriger les inégalités territoriales et à construire une ville durable. Il doit permettre dans le même temps de désaturer le réseau de transport existant, réduire la congestion et la pollution automobile, lutter contre l’étalement urbain et favoriser le développement économique de la Région Île-de-France et ainsi contribuer, par effet d’entrainement, à la compétitivité de la France dans son ensemble.